Décès inopiné de l’artiste flamande Lies Lefever Auteur: A.Fr. (avec Belga)

jeu. 11/01/2018 - 14:16 A.Fr. (avec Belga) La comédienne et chansonnière flamande d’origine rwandaise (photo) a été retrouvée morte dans la nuit de mercredi à jeudi à son domicile de Asse, en Brabant flamand. Alors que le parquet de Hal-Vilvorde a ouvert une enquête et désigné un médecin légiste pour déterminer les causes exactes du décès, tout porte à croire qu’il s’agit d’un tragique accident. L’artiste de 37 ans, qui avait fait ses débuts avec l’humoriste flamand Kamagurka, laisse un mari et deux enfants. Son décès a suscité beaucoup d’émotions en Flandre.
VRT

Lies Lefever, qui aurait eu 38 ans le mois prochain, avait fait ses début sur scène en 2009 lors du spectacle de l'humoriste flamand Kamagurka intitulé "Kamagurka geneest". Elle s'était ensuite fait connaître du grand public en 2011 après avoir assuré la première partie du spectacle de l'humoriste flamand Philippe Geubels.

La jeune femme avait aussi participé à la douzième saison de "De Laatste Show" (VRT) où elle interprétait chaque mercredi une chanson protestataire. Les téléspectateurs du nord du pays ont aussi pu la voir dans l'émission "De rode Loper" (VRT).

L'artiste s'était également présentée aux élections régionales de 2014, où elle occupait la 10e place sur la liste Groen des écologistes pour le Brabant flamand. Sur scène, elle parvenait rapidement à gagner l’adhésion du public, par sa personnalité chaleureuse et son humour à toute épreuve.

La vie n'avait cependant pas épargné cette trentenaire. Son récit avait d'ailleurs ému les Flamands. Lies Lefever avait en effet été adoptée par une famille flamande après avoir été abandonnée par sa mère dans une fosse septique au Rwanda alors qu'elle était encore bébé. Elle avait perdu la vue à la suite de cette expérience.

"Elle parvenait à enchanter le public"

L’humoriste flamand Kamagurka (photo), avec qui Lies Lefever avait fait ses débuts en 2009, témoignait, ému, ce jeudi midi au micro de la VRT.

"Pour moi, c’était fantastique de voir comment en deux ou trois minutes elle parvenait à enchanter le public. C’est rare d’avoir un tel avant-programme. Elle faisait énormément de choses, aussi en-dehors de la scène. Elle dessinait même, malgré son handicap de la vue. Elle prenait aussi des photos. Tant de choses l’intéressaient".