Le Musée Juif accueille une exposition sur l'immigration à Bruxelles Auteur: Eric Steffens

lun. 13/11/2017 - 15:30 Update: jeu. 16/11/2017 - 11:26 Eric Steffens Trois ans après l’attentat qui l’avait frappé, le Musée Juif de Belgique propose une exposition consacrée à l’histoire troublée entre Bruxelles et ses étrangers. Les initiateurs ont imaginé plusieurs parcours historiques ou artistiques répartis sur les différents étages du musée, situé près du Sablon à Bruxelles. Des photographies mais aussi des articles de presse, des vidéos et des centaines d’objets y sont présentés.
Belga

Le 24 mai 2014, un attentat coûtait la vie à quatre personnes dans le Musée Juif de Belgique. Quelques mois après cet attentat le musée a fermé durant deux ans et des travaux de sécurisation y ont été effectués. Pour sa réouverture au public, les responsables du musée ont choisi de consacrer ses deux bâtiments, à l’avant et à l’arrière de la rue des Minimes, à une exposition sur l'immigration.

Le premier espace propose le regard d’artistes contemporains basés à Bruxelles sur la question des réfugiés, tandis que le second retrace l’histoire des relations entre Bruxelles et ses étrangers depuis 1830 jusqu’à aujourd’hui.

Le parcours s’achève en rendant une voix aux migrants, en donnant la parole à 16 d’entre eux à travers une série de films présentés en continu lors de l’exposition.

Entre bienveillance et surveillance

Depuis l’indépendance de la Belgique en 1830, Bruxelles a accueilli des centaines de milliers de personnes venues d’ailleurs.

Etrangers, réfugiés, immigrés, expatriés…Quel que soit le qualificatif utilisé, depuis 1830, ces hommes et ces femmes ont contribué à forger le visage de la capitale.

Entre bienveillance et surveillance, leur accueil a beaucoup évolué. Majoritairement issus des pays limitrophes jusqu’à la Première Guerre mondiale, ils viennent désormais des cinq continents, contribuant à faire de Bruxelles l’une des villes les plus cosmopolites du monde.

Ce parcours historique met en lumière les différentes vagues d’émigration qui ont façonné la capitale. Il retrace l’itinéraire de femmes et d’hommes qui ont trouvé refuge à Bruxelles de 1830 à nos jours, célèbres comme Karl Marx ou Kestekides Léonidas, ou moins connus.

Cette traversée de deux siècles d’histoire est racontée par des objets personnels, les archives de la Police des étrangers, des articles de presse, des photographies inédites ou encore des films d’époque.

Aujourd’hui plus de 180 nationalités différentes se côtoient à Bruxelles. Cette exposition raconte comment la capitale belge s’est peu à peu transformée en "ville-monde".

Elle retrace sur près de deux siècles le parcours de ces étrangers installés à Bruxelles pour quelques mois ou pour toujours, à travers les objets qu’ils ont emportés avec eux, leurs témoignages personnels ou leurs photographies de famille.

Outre ce volet historique, "Bruxelles, terre d’accueil ?" présente le travail d’artistes émergents basés à Bruxelles (photographes, street artists, sculpteurs, vidéastes) qui abordent la question migratoire et la diversité culturelle dans le Bruxelles d’aujourd’hui.

L'exposition "Bruxelles : terre d'accueil ?", en partenariat avec Les Archives de l'Etat, se tient jusqu'au 18 mars 2018 au Musée Juif de Belgique.