Des vitraux rentrés des Etats-Unis à Louvain Auteur: A. François

jeu. 08/09/2016 - 14:00 A. François L’exposition "Vitraux louvanistes rentrés d’Amérique" a ouvert ses portes mercredi soir à Louvain, en Brabant flamand. Six vitraux authentiques provenant de l’abbaye de Parc à Heverlee (photo), qui avaient disparu il y a 188 ans, peuvent être admirés à l’hôtel de ville de l’historique cité universitaire. Jusqu’au 29 septembre.

Le cloître de l’abbaye de Parc, située à Heverlee près de Louvain dans l’actuel Brabant flamand, possédait autrefois un ensemble unique de 41 vitraux. Ce cycle complet avait été réalisé par le maître-verrier Jan De Caumont (1577-1659) pour l’abbaye norbertine. Mais les chanoines furent obligés de vendre l’ensemble des vitraux en 1828, par manque d’argent.

Les vitraux ont ainsi été dispersés dans le monde entier. Depuis les années 1970, une partie des vitraux originaux sont rentrés à Louvain. Les amis de l'abbaye sont ainsi parvenus en 2003 à racheter 7 vitraux, tandis que les autorités flamandes faisaient l'acquisition en 2013 de 8 vitraux ou fragments appartenant à la Yale University Art Gallery.

parkabdij.be

L’an dernier, la Corcoran Art Gallery de Washington annonçait qu’elle possédait six vitraux provenant de l’abbaye de Parc. Leur vente s’associait de deux conditions : la ville de Louvain devait elle-même les restaurer et payer les frais de transport des œuvres d’art.

A l’heure actuelle, 21 des 41 vitraux de Jan De Caumont sont ainsi rentrés en Flandre. Et ils ont été partiellement restaurés.

L’exposition "Leuvense glasramen terug uit Amerika" a été inaugurée mercredi soir par le bourgmestre de Louvain, Louis Tobback (SP.A), et l’ambassadrice des Etats-Unis en Belgique, Denise Bauer. "Je suis heureuse que nous puissions contribuer à ramener les vitraux dans leur lieu d’origine", déclarait Bauer.

Les vitraux historiques peuvent être admirés à l’hôtel de ville de Louvain jusqu’au 29 septembre, avant d’être restaurés. Dans quelques années, ils pourront ainsi être replacés dans l’abbaye de Parc (photo), à Heverlee.