Le FBI a transmis des infos sur les frères El Bakraoui dès le 16 mars Auteur: Eric Steffens avec Belga

Belga
mar. 29/03/2016 - 16:29 Update: mar. 29/03/2016 - 17:57 Eric Steffens avec Belga L'agence américaine de renseignement, le FBI a transmis à la police néerlandaise des informations sur les antécédents criminels et extrémistes d'Ibrahim et Khalid El Bakraoui le 16 mars, soit six jours avant les attentats de Bruxelles.

Le 17 mars, un contact direct a d'ailleurs été établi entre les services de police des Pays-Bas et de la Belgique, a indiqué mardi le ministre néerlandais de la Justice Ard van der Steur devant la Chambre des représentants à La Haye.

Ibrahim El Bakraoui s'est fait exploser le 22 mars à l'aéroport de Zaventem tandis que son frère Khalid El Bakraoui, né en 1989, a commis un attentat kamikaze dans la station de métro Maelbeek à Bruxelles.

Les enquêteurs américains ont fait part du passé criminel d'Ibrahim et des antécédents radicaux et terroristes de Khalid, a souligné Ard van der Steur.

Dans une réponse nuancée, le ministère a indiqué que le FBI avait prévenu les Pays-Bas que "les deux frères étaient recherchés par les autorités belges", précisant des informations sur les antécédents criminels, radicaux et extrémistes d'Ibrahim et Khalid El Bakraoui.

Le lendemain, le 17 mars, les frères ont fait l'objet d'une discussion entre les autorités belges et néerlandaises.

Ibrahim El Bakraoui a été envoyé, à sa demande, par les autorités turques le 14 juillet dernier aux Pays-Bas, et non en Belgique. Ce qui est possible, selon le ministre de la Justice néerlandais, car toute personne de l'espace Schengen peut retourner dans le pays de son choix de cette zone.

Les Turcs ont bien prévenu les Pays-Bas de l'expulsion, mais l'information est passée inaperçue. Ibrahim El Bakraoui n'était de plus pas enregistré dans les systèmes de recherche internationaux.

Depuis l'aéroport de Schiphol, il a dès lors pu continuer son chemin.
L'agence américaine de renseignement a, quant à elle, placé Ibrahim El Bakraoui sur sa liste de personnes terroristes à surveiller le 25 septembre. Ard Van der Steur souhaiterait rencontrer les Américains afin qu'ils partagent davantage et mieux les informations reprises sur cette "watchlist".

Le ministre de la Justice a ajouté ignorer quand Ibrahim El Bakraoui avait quitté le territoire néerlandais, combien de temps il y était resté et quand il était arrivé en Belgique.