Dr Luabeya: "La population congolaise doit être éduquée"

VRT
mar. 01/06/2010 - 15:27 A l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance du Congo, la rédaction de flandreinfo.be a interrogé plusieurs Congolais qui vivent en Belgique et Belges qui résident en RDC à propos du Congo et de son passé, mais aussi de leur vision d'avenir pour la RDC.
  • Dr Mesu'a Kabwa Luabeya
  • Né le 24 juin 1949 à Kananga, en RDC
  • Fils de Mpoyi Luaba et Ngalula Maniku
  • Profession: médecin (neurologue en Belgique) et professeur à l'Université de Kinshasa
  • Lieu de résidence: Belgique

Pourquoi avez-vous choisi d’habiter en Belgique?

Pour des raisons politiques.

Selon vous, comment a évolué le Congo indépendant ? Qu’y-a-il de positif ? Qu’est-ce qui devrait être amélioré ?

Le Congo indépendant a évolué en dents de scie. La dictature de Mobutu et l’instabilité politique qui en a découlé ont été des facteurs de régression politique et sociale grave.

De la période de Mobutu, je pense que l’on peut garder de positif le sentiment national qui anime tous les Congolais. Ce sentiment a rendu probablement difficile l’éclatement du pays malgré les tentatives internes et externes - nous sommes en train d’en vivre quelques unes actuellement.

Mais le délabrement du tissu économique et la pauvreté qui s’en est  suivie auront été sans doute des prix, trop chers payés par la population et par le pays. Une meilleure gestion du pays est la seule alternative pour un développement réel.

Comment voyez-vous l’avenir de la RDC ? Qu’est-ce qui devrait changer ?

La République démocratique du Congo doit avancer sur le chemin de la démocratie et compter d’abord sur ses forces pour construire une économie efficace et intégrée à toute la région d’Afrique centrale.

La population doit être éduquée pour qu’elle réalise qu’elle est un des éléments majeurs dans l’instauration de la démocratie.  Et les partenaires étrangers doivent aider en cela de façon sincère, et non pas tirer chacun profit du désordre ambiant.

Que pensez-vous de la période coloniale ? Qu’est-ce qui n’allait pas ? Y avait-il tout de même des choses positives ?

La période coloniale a eu des points positifs dont l’enseignement et les soins de santé.

Mais des éléments négatifs sont aussi à pointer du doigt : l’enseignement était un enseignement de masse sans une politique assumée de formation des cadres supérieurs appelés à participer activement au développement du pays et aussi à prendre part à sa gestion.

Le système mis en place par la Belgique était de faire du Congo plus une réserve de matières premières ( une colonie d’exploitation) que de construire une nation dont la population pouvait bénéficier totalement des richesses du pays. Ce reproche est à faire à tous les pays colonisateurs et la Belgique en fait partie. Les anciennes colonies paient encore aujourd’hui le prix fort.