L’Eurométropole mise sur les villes intelligentes Auteur: Eric Steffens

VRT
jeu. 16/03/2017 - 17:55 Eric Steffens En quoi les nouvelles technologies peuvent-elles aider les citoyens dans leur vie quotidienne à gérer plus aisément leur commune ou leur ville? C’était le thème d’un premier événement organisé mardi par l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai.

Sur le site de l’Euratechnologie à Lille trône une fleur solaire. Comme un tournesol de verre et de métal,  elle se déploie au lever du soleil et poursuit sa course toute la journée.

Cette smartflower fabriquée à Vienne en Autriche et distribuée par EDF, s’oriente de manière optimale et génère un rendement jusqu’à 40% plus important qu’un système équivalent en toiture. L’électricité produite est consommée directement ou alimente la station-service-intégrée permettant de recharger aussi bien des vélos que des voitures électriques.

Outre son meilleur rendement, cette smartflower est aussi une image, une "éco-carte de visite", idéale pour les communes et les sociétés désireuses d’afficher leur attachement au développement durable.Elle s’inscrit donc parfaitement dans le thème de cette journée sur les smart cities, organisée mardi à Lille par l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai.

150 participants étaient réunis, parmi lesquels des décideurs politiques, des experts mais aussi des patrons de start-up. 

C'est quoi une smart city ?

Belga

Smart city désigne une "ville intelligente" qui utilise les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour  "améliorer" la qualité des services urbains ou encore réduire ses coûts.

En organisant cette rencontre l’Eurométropole voulait notamment faciliter le partage des expériences et des résultats qui en découlent pour encourager les communes à se lancer dans leurs propres pratiques.

Ainsi à Tournai, le bourgmestre Rudy Demotte a présenté le système d' e-gouvernance de la commune qui offre un accès aux documents administratifs plus simple aux citoyens. A Kortrijk (Courtrai), le bourgmestre Vincent Van Quickenborne (photo) a présenté le projet "Shop &Go" qui permet aux visiteurs ou fournisseurs de se garer gratuitement dans le centre-ville de Courtrai durant une demi-heure. Plus besoin de tickets de parking derrière le pare-brise. Les places de stationnement sont composées de capteurs sans fil dans le sol relevant la durée de stationnement des automobilistes dans le centre-ville.

Enfin à Lille, l’adjoint au maire a présenté une canne intelligente pour malvoyants ou comment utiliser les données pour trouver les lieux accessibles aux personnes en situation de handicap.

Mais des petites communes se sont aussi investies dans le digital, ainsi la commune rurale de Brunehaut, a mis en avant l'application "Better Street" qui permet au citoyen de signaler un problème de voirie à l'administration et d'assurer un suivi plus rapide. En 6 mois, l'administration a reçu 181 signalements et a pu résoudre 148 problèmes.

Forum des solutions numériques

©VRT

Selon une étude de la Smart City Institute, le secteur public reste le grand initiateur des Smart Cities en Belgique et plonge souvent dans l’aventure via des projets environnementaux.

Cela dit, le secteur privé est aussi actif, pour preuve la trentaine de start-ups et entreprises des trois versants de l’Euroméptropole, présentes au "Forum des solutions numériques" : services à la personne, solutions de mobilité, éclairage intelligent, collecte de déchets plus rationnelle, avec par exemple ce capteur servant à mesurer le niveau des bulles à verre.

Joyn réunit citoyens et commercants au sein de votre ville

©Joyn.be

Bastien Ronneau est "urban ambassador" pour la plateforme Joyn, basée à Courtrai, et qui a comme objectif de réunir les consommateurs, les commerçants et les pouvoirs publics dans les villes et les communes de Belgique.

Grâce à cette "carte de fidélité numérique", les clients peuvent épargner des points pour obtenir des récompenses auprès de plus de 5.000 commerçants dans toute la Belgique. De leur côté les commerçants peuvent obtenir des tas d’informations sur leur clients et ainsi augmenter leur fidélité. Déjà plus d'1,6 million d’utilisateurs se rendent chez les commerçants avec leur carte de fidélité "joyn". Enfin pour les villes et communes, la plateforme joyn joue un rôle pour stimuler le commerce local.

Développer un territoire transfrontalier intelligent

Cet événement "Smart cities dans l’Eurométropole" marquait la première étape de futurs travaux sur le numérique. En créant des ponts entre le public et le privé, l’idée est de développer un territoire transfrontalier intelligent avant de favoriser les complémentarités au-delà des frontières franco-belges puis de les faire rayonner en Europe.

Au second semestre 2017, l’Eurométropole lancera un appel à projets. L’enjeu pour les gagnants sera un coaching et un apport de fonds d’investissement  "nouvelles technologies".

©VRT