Les concessionnaires Opel modifient-ils le logiciel d’une Zafira polluante ? Auteur: J.A.

lun. 18/01/2016 - 12:48 J.A. Exclusif: D’après les résultats d’une enquête menée par la rédaction de la VRT, les concessionnaires du constructeur automobile allemand Opel procèderaient actuellement en toute discrétion à la suppression d’un logiciel suspect installé dans l’un de ses modèles. Le programme en question concerne la Zafira Tourer 1.6 diesel de 2014. Il permet de gonfler les prestations de la voiture, mais augmente aussi fortement son taux d’émission d’oxydes d’azote, qui se retrouve largement au-dessus de celui autorisé par la norme européenne. La VRT a pu constater que des concessionnaires procèdent au changement du logiciel, sans toutefois informer le propriétaire du véhicule sur la nature de cette mise à jour. La procédure a été lancée peu après le scandale des moteurs diesel truqués de Volkswagen.

En septembre dernier, le journaliste de la VRT Luc Pauwels recevait une lettre de son concessionnaire Opel lui proposant une mise à jour gratuite du logiciel de sa voiture. Après le scandale des moteurs diesel truqués de Volkswagen, il n’en fallait pas plus pour éveiller les soupçons du reporter qui décida de se rendre chez son concessionnaire, muni d’une caméra cachée.

"La Zafira émet trop d’azote"

Après vérification, l’Opel Astra du journaliste semblait fonctionner correctement. Aucune intervention n’a donc été nécessaire. Ce n’est en revanche pas le cas d’un autre modèle d’Opel : "La Zafira 1.6. diesel. On nous a dit qu’elle ne remplissait plus les normes d’émission", indiquait anonymement l’un des mécaniciens. "Il y aurait trop d’azote", précisait-il, ajoutant que le problème concerne tous les modèles datant de 2014.

Le logiciel installé sur la Zafira diesel 1.6 permet d’augmenter la puissance de son moteur. Dans la foulée, celui-ci devient toutefois bien plus polluant. Après le scandale Volkswagen, le programme semble aujourd’hui constituer une menace. "Chaque fois que nous effectuons un entretien, nous actualisons le logiciel", expliquait le mécanicien, qui ajoutait que cette procédure est appliquée depuis le mois de novembre, soit peu après le scandale des moteurs truqués.

Un premier test probant

L’information ayant éveillé ses soupçons, le journaliste de la VRT décidait d’envoyer une Zafira 1.6 chez un concessionnaire Opel. Il se fit en outre aider par une équipe d’experts britanniques et flamands chargés de vérifier le taux d’émission du véhicule avant et après son passage au garage.

"Nous venons de mesurer un taux cinq fois plus élevé que la valeur officielle", indiquait Steven De Smedt, spécialiste de la technologie automobile à l’Ecole supérieure Thomas More. "C’est en soi assez hallucinant", estimait son collègue Daan Versonnen. La Zafira en question transgresse de loin la norme européenne.

Le véhicule était alors emmené sous un faux prétexte chez un concessionnaire. Une demi-heure plus tard, le logiciel avait bel et bien été actualisé. La raison invoquée par le mécanicien n’était cependant pas liée à la pollution émise par la voiture. "Cela n’a rien à voir avec le dieselgate", expliquait-il à Luc Pauwels. "C’est vraiment lié au logiciel-même. Nous en avons installé un nouveau, et tout est en ordre maintenant", faisait-il encore savoir.

De retour auprès de l’équipe d’experts, le constat était flagrant : l’actualisation du programme concerne bel et bien le taux d’émission. "Il n’est désormais plus que de 1,74 fois supérieur à la normal, contre 5 fois plus auparavant", soulignait Steven De Smedt. Le taux d’émission de la Zafira est donc au final trois fois moins important qu’avant la mise à jour.

Rectifier le tir pour éviter le scandale

Pour vérifier ce constat, une deuxième voiture fut envoyée chez un autre concessionnaire, qui démentait aussi toute actualisation du logiciel. Après cette visite pourtant, l’émission se retrouvait jusqu’à cinq fois inférieure à celle mesurée initialement. "Il semble donc que c’est systématique. On ne parle pas d’une mais de deux voitures. Qu’ils l’admettent ou non, il y a bien eu des modifications qui ne peuvent plus être considérées comme des erreurs de mesure", avance l’expert Mark Pecqueur de l’école Thomas More.

"Un changement a clairement été effectué dans le réglage du moteur afin de diminuer les émissions produites par le véhicule, et les rapprocher des normes officiellement stipulées", soulignait pour sa part Nick Molden, administrateur délégué de la société Emissions Analytics.

Les résultats des tests effectués par l’équipe d’experts interpellent. La norme européenne permet aujourd’hui une émission de 80 milligrammes d’oxydes d’azote par kilomètre. Avant la mise à jour effectuée sur les Zafira 1.6, les deux voitures émettaient respectivement 416 et 743 milligrammes. Avec le nouveau logiciel, les concessionnaires Opel parviennent à diminuer de près de moitié le taux d’émission du premier véhicule (223 mg). Il baisse de trois quart pour le second (199 mg).

Au fil de ces interventions gardées secrètes, les Zafira dont la puissance du moteur a été augmentée sont progressivement en train de disparaître de la circulation. L’objectif semble clair : éviter que quelqu’un ne découvre qu’à une certaine époque ce modèle aussi a émis un taux d’oxydes d’azote anormalement élevé.

Cette enquête a été menée par le journaliste de la VRT Luc Pauwels, avec le soutien du Fonds Pascal Decroos.


Paru aussi: