Qu’est-ce qui change en 2018 ? Auteur: A. François

lun. 01/01/2018 - 17:38 A. François La nouvelle année apporte son lot de modifications et nouveautés, que ce soit pour l’ensemble de la Belgique, pour la Flandre ou pour certaines villes seulement. Pour toute la population ou certains groupes de personnes. Elles concernent cette fois, notamment, la taxe sur les opérations de bourse, le prix de la bière, les salaires et pensions, les flexi-jobs et la zone basse émission de polluants introduite sur toute la Région bruxelloise.

1. FINANCES

Le taux de la taxe sur les opérations de bourse augmente : elle passe ce 1er janvier à 0,35 au lieu de 0,27% pour les titres qui ne bénéficient pas du taux réduit. Ce dernier passe, lui, de 0,09 à 0,12%. Cette augmentation s’inscrit dans les projets du ministre des Finances Johan Van Overtveldt d’assainir les finances de l’Etat.

L’exonération pour les intérêts de comptes d’épargne réglementés est réduite de moitié. Elle passe de 1.880 à 940 euros ce 1er janvier. Au-delà de ce montant, 15% de précompte mobilier est prélevé sur les intérêts. Le gouvernement fédéral veut ainsi juguler le déficit budgétaire.

En vertu de l’accord budgétaire de l’été, le taux nominal de l’impôt des sociétés passe de 33 à 29%. Dans une seconde phase, il passera à 25% en 2020. Les petites et moyennes entreprises reçoivent une réduction supplémentaire. Un taux réduit de 20% s’applique ainsi aux sociétés de moins de 50 travailleurs pour la partie de la base imposable en-dessous de 100.000 euros. La partie qui dépasse 100.000 euros est imposée au tarif normal.

Flickr/eddie welker

Les travailleurs disposant d’un ordinateur, d’un PC portable, d’une connexion internet, d’un GSM ou d’une tablette mis à disposition par leur employeur et qui peuvent l’utiliser à des fins privées bénéficient dorénavant d’une baisse d’impôts. D’après le ministre des Finances Van Overtveldt, cette modification suit l’évolution des technologies et de la réalité.

Dès ce 1er janvier, les accises sur les boissons rafraichissantes non alcoolisées mais additionnées de sucre ou d’édulcorant sont augmentées. Le prix des limonades ou du coca cola, mais aussi des infusions et du thé devrait ainsi augmenter de quelques cents d’euro dans les commerces dès le 2 janvier.

L’augmentation des accises s’inscrit dans le cadre de l’accord estival du gouvernement fédéral sur le budget 2018 et représente une majoration de la "taxe santé" ou "taxe soda". Celle-ci a été introduite en janvier 2016, pour encourager les consommateurs à consommer moins de sucre.

2. PENSIONS et TRAVAIL

Reporters

Augmentation de la pension minimum de 0,7% pour les personnes qui bénéficient d’une pension minimum et ont une carrière de 45 ans. Le montant de la pension pour une personne isolée s’élèvera ainsi à 1.220,92 euros par mois, indique le ministre des pensions, Daniel Bacquelaine.

Le salaire net mensuel augmente de 1,5 à 3% au 1er janvier, dans le cadre de l’entrée en vigueur de la deuxième phase du tax shift. Ce qui représente une hausse de 40 à 45 euros par mois, a calculé la société de ressources humaines SD Worx.

Concrètement, un travailleur marié sans personne à charge dont le salaire brut est de 2.000 euros mensuels conservera ainsi 1.567,78 euros, soit 45,27 euros de plus que jusqu’à présent. Un salaire brut de 3.000 euros donnera 1.919 euros nets, soit 46,20 euros de plus par mois. Et un salaire mensuel de 4.500 euros bruts bénéficiera de 46,85 euros supplémentaires.

Un système de travail de proximité est lancé en Flandre à l’initiative du ministre flamand de l’Emploi, Philippe Muyters. Les demandeurs d’emploi très éloignés du marché de l’emploi peuvent acquérir temporairement une expérience en travaillant dans un endroit facilement accessible, proche de chez eux.

Reporters

Le système des flexi-jobs - introduit dans l’Horeca en 2015 - est élargi maintenant au secteur du commerce de détail (par ex. boulangers, bouchers et coiffeurs). Ce type d’emploi permet à un travailleur, occupé à 80% au moins, d’effectuer des prestations complémentaires exonérées de cotisations sociales.

D’autre part, les personnes pensionnées peuvent également utiliser ce système de flexi-jobs dès ce 1er janvier. Les indépendants n’y ont par contre pas droit.

Dorénavant, l’office flamand pour l’emploi VDAB tiendra aussi compte des compétences des demandeurs d’emploi, et plus seulement de leur emploi précédent, pour les aiguiller vers des offres de travail. C’est ce que promet le ministre flamand de l’Emploi Philippe Muyters. Les chômeurs qui refusent un emploi approprié pourront dès lors être plus facilement sanctionnés.

A noter que les travailleurs indépendants qui sont malades et doivent cesser leur activité professionnelle auront maintenant droit à une indemnité après deux semaines de maladie. Jusqu’à présent, ils devaient subvenir seuls à leurs besoins pendant un mois avant de recevoir l’indemnité payée par la mutuelle après la période de carence.

3. ENERGIE

Belga

Construire une nouvelle habitation devient plus onéreux en Flandre cette année, notamment en raison de la hausse des normes d’isolation pour une meilleure protection de l’environnement. Alors que le niveau E (un chiffre donnant une indication sur les performances énergétiques d’une habitation) devait jusqu’ici être de 50, il devra maintenant ne plus dépasser 40.

Tout comme les frigos et les machines à laver, les poêles à bois et à pellets doivent dorénavant recevoir un label énergie.

Le prix de l’énergie devrait diminuer en Flandre en raison d’une réduction de la taxe à l’énergie perçue annuellement. La "Turteltaks" de 100 euros par famille tombera à 5 euros. A cela s’ajoute une contribution annuelle de 4 euros en faveur de l’énergie renouvelable. Les tarifs de distribution de l’électricité devraient également légèrement diminuer en Flandre cette année.

4. MOBILITE et ENVIRONNEMENT

La Flandre et la Wallonie augmentent les tarifs de la taxe kilométrique pour les véhicules (camions) de plus de 3,5 tonnes. En Wallonie, les tarifs augmentent pour toutes les catégories de poids lourds, tandis qu’à Bruxelles et en Flandre ils ne sont majorés que pour la catégorie Euro 5. Un nouveau système de sanctions est également introduit, qui varie selon l’importance de l’infraction.

Les compagnies aériennes actives dans les aéroports belges effectuent dorénavant un "check de conformité", ce qui signifie que l’identité des passagers est contrôlée lors du passage à la porte d’embarquement. Les documents d’identité seront alors comparés à la carte d’embarquement.

Les vélos électriques les plus rapides, appelés aussi speed pedelecs, sont désormais assimilés aux vélos sur le plan fiscal. Grâce à cette modification, l'indemnité vélo de 23 cent/km pour le déplacement entre domicile et lieu de travail est étendue aux utilisateurs de ces vélos qui peuvent atteindre 45 km/h. En principe, ils devaient tomber sous la catégorie des cyclomoteurs et leurs utilisateurs n'avaient plus le droit de bénéficier des avantages fiscaux qui s'appliquent aux cyclistes.

5. COUT de la VIE

Le prix de la carte d’identité électronique augmente légèrement, tant pour les Belges (et aussi les enfants de moins de 12 ans) que pour les étrangers bénéficiant de cartes ou documents électroniques de séjour. L’augmentation est plus importante quand les documents sont demandés en urgence.

Le prix des bières du géant brassicole AB InBev augmente d’environ 3%. Cette hausse touche notamment la Leffe, la Stella Artois et la Jupiler (photo). Il faudra donc débourser environ 0,015 euro de plus pour un verre de pils.

Les honoraires des médecins augmentent en moyenne de 1,50%, en vertu de l’accord médico-mutualiste 2018-2019 conclu en décembre. Les consultations chez les généralistes et spécialistes sont indexées de 1,68%, alors que les prestations de biologie clinique et d’imagerie médicale sont majorées de 1,25%. Le ticket modérateur (montant à charge du patient après intervention de l’assurance obligatoire) n’est pas revu. Une visite chez le médecin ne coûtera donc pas plus cher.

6. A BRUXELLES

Belga

La zone basse émission (LEZ) est mise en place sur tout le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale ce 1er janvier. Les véhicules diesel les plus polluants ne peuvent plus y circuler. Les premières restrictions - qui seront progressivement renforcées jusqu’en 2025 - concernent les véhicules diesel de norme Euro 0 et Euro 1. Les véhicules essence catalogués dans ces catégories seront interdits dans le LEZ dès 2019.

Pour assurer le contrôle, 90 caméras intelligentes doivent être installées dans la Région, suivies par 50 autres l’an prochain. Le non-respect de la zone basse émission entrainera une amende administrative de 350 euros. Elle ne sera cependant réellement perçue qu’après une phase transitoire de 9 mois.

A signaler aussi que les chats domestiques devront être stérilisés en Région bruxelloise avant d’avoir atteint l’âge de 6 mois. Une exception ne sera faite que pour les éleveurs enregistrés.

Et une nouvelle règlementation entre en vigueur sur le bail locatif à Bruxelles, avec notamment la création du contrat de bail de colocation, du bail étudiant et du bail glissant.

7. EN FLANDRE

Belga

A Gand (Flandre orientale), les autorités communales contrôleront les logements étudiants en matière de qualité et de sécurité. Les "kots" recevront ensuite un label de qualité de couleur verte, bleue ou rouge, qui sera aussi renseigné sur le site internet kot.gent.be.

Et puis les cinq provinces flamandes perdent des compétences. Elles ne pourront plus exercer de compétences liées aux personnes. La culture, le sport, l’aide à la jeunesse, l’égalité des chances et le bien-être seront ainsi progressivement pris en charge par les administrations locales ou au niveau flamand. Seules les compétences liées au sol resteront encore du ressort des provinces. Une période de transition de 2 ans est prévue.


Lire aussi: