Davantage d’enseignants de plus de 65 ans donnent encore cours Auteur: A.Fr.

sam. 09/09/2017 - 11:56 A.Fr. L’an dernier, quelque 350 enseignants de 65 ans ou plus donnaient encore cours dans des écoles en Flandre. C’est le double du nombre d’enseignants qui étaient encore actifs après l’âge légal de la pension il y a 5 ans. Ils étaient en effet 161 au cours de l’année scolaire 2012-2013.

Quelque 205 hommes et 145 femmes étaient encore actifs en tant qu’enseignants en Flandre, au cours de l’année scolaire passée, alors qu’ils avaient atteints l’âge légal de la pension. La plupart d’entre eux (142) donnent cours dans l’enseignement primaire.

La province d’Anvers a le plus d’enseignants âgés de 65 ans et davantage, à savoir 123 personnes. Viennent ensuite les provinces du Brabant flamand (107), de Flandre orientale (72), du Limbourg (33) et de Flandre occidentale (31).

Autrefois, les enseignants devaient cesser leur activité professionnelle à la fin de l’année scolaire où ils avaient fêté leur 65e anniversaire. Mais depuis septembre 2012, les écoles néerlandophones en Flandre et à Bruxelles ont la possibilité de maintenir leurs enseignants au travail passé l’âge de la pension légale. Cela se fait à la demande de l’enseignant ou l’enseignante-même et avec l’accord de la direction d’école. La demande n’est toujours valable que pour un an, mais peut ensuite être renouvelée.

Pour endiguer la pénurie d’enseignants

Belga

La mesure a été introduite pour lutter contre le manque d’enseignants sur le marché de l’emploi. Depuis cette adaptation, le nombre d’instituteurs et professeurs qui prolongent leur carrière ne cesse d’augmenter. Actuellement, ils sont cinq fois plus nombreux qu’en 2012-2013.

La ministre flamande de l’Enseignement, Hilde Crevits (photo), se réjouit : "Ces prochaines années, nous aurons besoin annuellement de 6.000 enseignants en plus. Il est bon de savoir que des enseignants qui ont plus de 65 ans donnent encore cours avec plaisir. Cela prouve leur engagement, et c’est positif pour les écoles concernées et les enseignants eux-mêmes. Nous devons donc certainement soutenir cette mesure".