Nombre record de condamnations pour pédopornographie Auteur: A.Fr.

mar. 08/08/2017 - 14:06 A.Fr. Pas moins de 71 condamnations pour propagation de matériel pédopornographique ont été prononcées l’an dernier en Belgique. C’est un record, indique le quotidien De Tijd. La possession de pornographie infantile est également de plus en plus souvent punie. Quelque 172 condamnations ont ainsi été prononcées à ce sujet en 2016 dans notre pays.

Les auteurs de ces faits risquent des peines allant de cinq à quinze ans de réclusion. En 2015, quelque 64 condamnations avaient été prononcées dans ce type de dossier, contre 32 en 2014. L’an dernier, ce sont 71 condamnations qui ont été opérées.

L'an dernier, 172 personnes ont été condamnées pour la possession de ce type de matériel. Elles risquent des peines allant d'un mois à un an de prison. En 2015, quelque 182 personnes avaient été jugées coupables de tels faits. On constate néanmoins, ici aussi, une tendance à la hausse, puisque le nombre de condamnations n'était que de 117 en 2012.

Lutte acharnée de la part des autorités

Le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), souligne que la pédopornographie fait l'objet d'une lutte sans merci, depuis quelques années déjà. La police est en mesure de supprimer ces contenus en ligne de plus en plus rapidement, même s’ils sont propagés depuis l’étranger.

VRT

La coopération internationale s’organise donc mieux. L’an dernier, la législation belge a en outre été adaptée aux directives européennes. La Fondation pour enfants disparus et sexuellement exploités reçoit aussi un rôle plus actif dans la lutte contre la pédopornographie. Child Focus fait partie d’un réseau international de lutte contre la pédopornographie en ligne (INHOPE), comprenant 40 pays différents, et transmet à ce réseau toutes informations sur de la pornographie infantile diffusée depuis des serveurs étrangers.

Child Focus est maintenant aussi compétente pour visionner et analyser des images qu’elle reçoit via des points de contact. Jusqu’il y a peu, c’était impossible, parce que la consultation de matériel pédopornographique est punissable par la loi.