Un retraité belge va pouvoir réaliser son rêve : devenir ermite à Saalfelden Auteur: E.S. avec Belga

Belga
mer. 19/04/2017 - 16:43 E.S. avec Belga Un retraité belge originaire de Diest (Brabant flamand) a été sélectionné pour devenir ermite à Saalfelden, en Autriche, dans l'un des derniers ermitages habités d'Europe. C'est le maire de la localité, Erich Rohrmoser qui l'a annoncé mercredi.

Fin avril, Stan Vanuytrecht, 58 ans, déménagera à l'ermitage St George, un lieu de silence et de réflexion religieuse vieux de 350 ans, niché sur une colline près de la ville.

Erich Rohrmoser et le prêtre local l'ont choisi parmi 50 personnes issues du monde entier qui avaient postulé pour cette expérience non rémunérée et qui implique de vivre sans eau courante et électricité. "Nous avons sélectionné Stan Vanuytrecht pour sa personnalité. Il dégage du calme et semble résistant", a indiqué le maire.

"Quand j'ai entendu parler de l'ermitage à Saalfelden, je me suis dit: c'est un endroit pour moi, c'est là que je veux être", a commenté l'heureux élu.

Le prédécesseur du Belge, un prêtre et radiothérapeute autrichien, avait quitté ce mode de vie après un an.

"Le candidat doit être conscient que l'ermite de Saalfelden ne mène pas une vie solitaire: beaucoup de gens viennent se confier", avait expliqué en janvier le curé local qui supervisait le recrutement pour ce poste.

Stan Vanuytrecht a servi dans la force aérienne belge et a travaillé en tant qu'ingénieur pour des entreprises d'électricité. Il a en plus suivi une formation pour devenir prêtre, et rendait visite à des détenus et patients psychiatriques jusqu'à ce qu'il soit consacré diacre il y a trois ans.

"Ces expériences sont bénéfiques pour un ermite. C'est important d'être capable d'écouter sans juger", estime Stan Vanuytrecht.
Les ermitages sont des lieux reculés et isolés, tels que des grottes, où une personne seule mène une vie ascétique, consacrée à la spiritualité religieuse.

En raison de son caractère très spartiate, l'ermitage de Saalfelden n'est occupé que d'avril à octobre, son occupant étant libre de passer l'hiver dans un endroit de son choix.

Belga