Des inscriptions par tirage au sort dans l’enseignement secondaire Auteur: Eric Steffens

Belga
jeu. 16/03/2017 - 13:09 Eric Steffens Le système d’inscriptions dans l’enseignement secondaire néerlandophone à Bruxelles va changer l’an prochain. Actuellement, c’est le système du "premier arrivé, premier servi" qui est la règle. Les plus rapides sur internet ou les mieux organisés obtiennent l’école de leur choix, les autres doivent se contenter d'un second choix avec pour conséquences parfois de longues distances à parcourir.

"Le système actuel avec des écoles qui affichent complet après trois secondes est aussi une loterie" déclare, dans De Morgen, Petrus Van den Cruyce, le président du Brusselse Lokaal Overlegplatform (LOP) secundair -une plateforme de concertation pour l’égalité des chances dans l’enseignement secondaire à Bruxelles.

Selon lui, "le système actuel est tout aussi injuste car les familles qui peuvent déployer un grand réseau d’amis ou sont très rapides en informatique sont avantagées".

Le nouveau système entrera en vigueur à partir de l’année scolaire 2018-2019. "Le système informatique génère un numéro pour chaque élève. Tous les numéros obtenus seront ensuite ordonnés de manière aléatoire", explique encore Petrus Van den Cruyce.

Jef Van Damme, chef de groupe des socialistes flamands à Bruxelles est satisfait des modifications. Selon lui, "l’ancien système s’apparentait à un concours de clics de souris. Le nouveau système sera plus transparent et donc plus juste".

Le réseau Katholiek Onderwijs Vlaanderen -l’enseignement catholique en Flandre- partage cet avis. "Un logiciel plus rapide ou une meilleure connexion internet c’est aussi une forme de loterie".

Enfin, le GO ! -enseignement de la communauté flamande -  est moins enthousiaste. "Le nouveau système n’est pas plus juste que l’actuel, dans les deux cas, c’est le hasard et la chance qui décident. Cela met surtout en évidence le fait que l’enseignement néerlandophone à Bruxelles est limité et qu’il y a une grave pénurie de places".

Les estimations de la Communauté flamande prévoit un déficit 2.767 places dans l’enseignement néerlandophone pour l’année scolaire 2020-2021.