"La tempête est restée assez locale. Le pire est passé" Auteur: A.Fr.

mer. 03/01/2018 - 11:39 Update: mer. 03/01/2018 - 17:27 A.Fr. D’après l’Institut royal météorologique, la tempête qui a traversé la Belgique au courant de la nuit de mardi à mercredi était finalement très locale. Les dégâts sont restés apparemment assez limités. Et le pire serait passé, bien que des rafales sont encore annoncées pour ce mercredi, tout comme une grosse tempête en mer et une marée haute au littoral dès 14h. La prudence reste de mise notamment à Ostende. Le numéro d'urgence 1722 a reçu plusieurs milliers d'appels.

Les premières grosses rafales de vent se sont manifestées vers minuit, dans la nuit de mardi à mercredi, sur la Belgique. C’est surtout au littoral qu’elles étaient impressionnantes, avec des rafales atteignant 110 km/heure.

Frank Deboosere (photo), le Monsieur Météo de la VRT, résumait ce mercredi à 7h les vitesses maximales atteintes par le vent dans la nuit : Florennes 126 km/h, Coxyde 94 km/h, Middelkerke 97 km/h, Humain 115 km/h, Uccle 112 km/h, Ernage et Diepenbeek 104 km/h, Beitem 101 km/h, Zeebrugge 112 km/h. Et il recommandait encore toujours de la prudence, notamment sur les routes.

La tempête s’est déplacée assez rapidement de l’ouest à l’est du pays, avec de grosses rafales et beaucoup de pluie en chemin. "C’est finalement resté assez local", précisait Tom Elegeert de l’Institut royal météorologique (IRM). "En de nombreux endroits, nous n’avons pas mesuré des vents atteignant 100 km/h, alors qu’à d’autres endroits ce fut le cas".

Bien que le pire soit passé, "il y a encore beaucoup de vent ce mercredi et des intempéries sont annoncées depuis la côte. Elles sont cependant moins violentes. Mais la prudence reste de mise". Dès 14h, il devrait y avoir marée haute à Ostende. L’eau devrait aussi monter en certains endroits de l’Escaut. En Wallonie, la Haute Lesse est en phase d’alerte de crue et un risque subsiste pour une partie de la Semois.

Il y a eu des dégâts

Entretemps, les dégâts causés par les intempéries sont plus clairs. Il semblerait que ce soit avant tout la province du Limbourg qui ait été touchée. A Zichen, près de Riemst, le toit d’une maison a été emporté. A Zonhoven, un grand arbre de Noël de quartier a été soufflé par le vent.

A Tervuren, en Brabant flamand, un arbre s’écrasait sur le toit d’une maison (photo principale). A Louvain (petite photo), dans la même province, c’est un grand arbre de Noël dans une rue commerçante principale qui s’est écroulé, bloquant la circulation pendant quelques temps. Personne n’a été blessé, mais les pompiers étaient choqués qu’une grande construction de métal puisse être renversée par le vent.

A Drogenbos, un arbre s’est écrasé sur une cabine de gaz, ce qui a entrainé une fuite de gaz. Sans danger pour le quartier. Dans les lieux publics, les pompiers se sont affairés pour enlever des arbres et branches renversés.

A Langdorp, près d’Aarschot, ce sont des panneaux solaires qui ont été endommagés (photo).

En Wallonie, les services de secours ont enregistré plus de 300 appels pour des dégâts. Il s’agissait avant tout d’arbres arrachés (photo, à Tournai), dont certains ont entravé la circulation ou endommagé des panneaux photovoltaïques.

Cinq arbres sont tombés sur les rails de train, bloquant momentanément la circulation entre Louvain et Malines. La situation était cependant réglée vers 7h du matin. L’autoroute E40 a également été brièvement bloquée par une grande quantité d’eau sur la voie en direction de Bruxelles.

Eric Steffens

Le numéro d'urgence 1722 a reçu plus de 5.500 appels liés à la tempête

Le nombre d'appels passés au numéro spécial 1722 a presque doublé mercredi entre 8h et 13h. De 2.871 durant la nuit et en début de matinée, il a en effet grimpé à 5.516 en début d'après-midi, indique la Sécurité civile.

La majorité des appels reçus avant 8h concernait des arbres tombés, des inondations et des tuiles envolées. Le Brabant flamand avait passé 28,5% des appels gérés par la Sécurité civile. Liège (avec 12% des appels) et le Hainaut (9,5%) complétaient le podium de la matinée.

Le numéro 1722 a été mis en place le 1e août 2017 afin de désengorger le 112 quand il n'y a pas d'alerte vitale mais que l'intervention des pompiers est requise - comme lors d'un avis de tempête.

Le 1722 reste encore accessible mercredi soir, mais devrait ensuite être désactivé.


Déjà paru: