2017, cinquième année la plus chaude en Belgique Auteur: A.Fr. (avec Belga)

Belga
lun. 01/01/2018 - 13:06 A.Fr. (avec Belga) Alors qu'au niveau planétaire, 2017 se classera probablement dans le top 3 des années les plus chaudes depuis 1860, l'année écoulée arrive en Belgique en cinquième position, ex-aequo avec 1989 et 2015, parmi les années les plus chaudes depuis 1833, indique l'Institut royal de Météorologie (IRM) dans son bilan climatologique de 2017. Le mois de décembre aura par contre été le plus sombre depuis 1934 dans notre pays.

La température moyenne en 2017 à Uccle aura été de 11,3°C (contre une température normale de 10,5°C), ce qui correspond à une valeur "anormalement élevée". "La plupart des températures mensuelles ont été normales. Par contre, juin fut exceptionnellement chaud, mars très anormalement chaud (nouveau record), mai et octobre anormalement chauds", constate l'Institut royal météorologique.

Dans notre pays, la température la plus basse a été enregistrée le 23 janvier à Elsenborn (Bütgenbach), avec -17,4°C. La température la plus haute a été mesurée le 22 juin à Houyet (36,2°C).

Belga

L'année 2017 s'est également distinguée - au grand dam des agriculteurs - par des précipitations inférieures aux valeurs normales (749,1 mm à Uccle, soit 15% sous la valeur normale), surtout au printemps. "Depuis novembre 2016, il a fallu attendre à Uccle le mois de septembre de cette année pour enfin retrouver un total mensuel de précipitations supérieur à la normale. Avril fut très anormalement sec et octobre anormalement sec, alors que novembre fut anormalement humide et décembre très anormalement humide", relève encore l'IRM.

Malgré un mois de décembre exceptionnellement sombre, la durée d'insolation annuelle fut normale à Uccle. Le soleil y a brillé pendant 1.559 heures et 2 minutes. Enfin, la vitesse moyenne annuelle du vent à Uccle fut de 3,4 m/s, ce qui est une valeur "très anormalement faible" (normale: 3,7 m/s).

Le mois de décembre fut le plus sombre depuis 1934

Décembre aura été exceptionnellement sombre et très anormalement pluvieux, relève l'IRM ce lundi dans son bilan climatologique du dernier mois de l'année 2017.

A Uccle, le soleil n'a brillé que pendant 10 heures et 31 minutes, contre 45 heures et 8 minutes pour un mois de décembre normal. Il s'agit d'un record pour décembre sur la période de référence actuelle débutant en 1981. "Sur cette période, le précédent record datait de 1993 (16 heures et 17 minutes). Si l'on remonte plus loin dans le temps, jusqu'en 1901, ce n'est qu'en décembre 1934 qu'on observa à Uccle une durée d'insolation encore plus faible, puisqu'on y avait mesuré à peine 9 heures et 31 minutes de soleil sur le mois", souligne l'Institut royal météorologique.

CC/Ray Che

Décembre 2017 s'est également distingué par un "surplus très anormal de précipitations tombées en un nombre de jours très anormalement élevé". Il est ainsi tombé 130,1 mm de précipitations à Uccle (normale de 81,0 mm) en 26 jours (normale: 19,3 jours). La plus grande quantité journalière a été mesurée le 11 décembre, avec un total de 22,5 mm. Un nombre de jours d'orage exceptionnellement élevé a en outre été enregistré: neuf jours sur le mois contre 3,1 jours pour un mois de décembre normal.

Les températures de décembre 2017 ont par contre été normales avec une température moyenne à Uccle de 4,4°C (normale: 3,9°C). La température la plus basse y a été mesurée le 2 décembre, avec -2,3°C, et la plus élevée le 31 décembre, avec 13,8°C. Ailleurs en Belgique, les températures les plus basses ont été mesurées le 3 décembre au Mont-Rigi (Waimes), avec -9,5°C. Les températures les plus élevées ont été relevées le 31 à Bilzen et ont grimpé jusqu'à 15,3°C.

Reporters