Maggie De Block plaide pour un cadre légal pour la sédation palliative Auteur: Eric Steffens

Belga
dim. 26/11/2017 - 16:27 Eric Steffens La ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD) voudrait un cadre juridique afin de mieux pouvoir contrôler la sédation palliative. Lors de l’émission « "De zevende dag" (VRT), ce dimanche, elle a déclaré qu'il s'agissait d'un débat éthique pour lequel l'accord de gouvernement renvoyait au Parlement. "Je pense que ce serait un travail utile", a estimé De Block.

La demande d’un meilleur contrôle de la sédation palliative existe depuis longtemps. Il s’agit de réduire la souffrance d’un mourant à l'aide de médicaments. Ce traitement a pour seul but de soulager la douleur. Il ne vise en aucun cas à accélérer la mort. Il y a donc une différence entre la sédation palliative et l’euthanasie légale, où la vie prend fin à la demande du patient et avec l’accord d'au moins deux médecins.

Le professeur de la VUB Wim Distelmans préconise que la sédation palliative soit enregistrée comme étant assimilable à de l'euthanasie. Le raisonnement sous-jacent est que dans 70 % des cas de sédation palliative, le patient n'a pas son mot à dire.

Selon Maggie De Block, il y a des cas douloureux où la famille de la personne décédée affirme que le patient avait clairement exprimé son souhait d’être euthanasié, mais où l'hôpital estimait que l'euthanasie ne pouvait pas avoir lieu. Le patient était simplement endormi et le processus dure parfois des jours et est très douloureux parce que d'autres médicaments sont utilisés.

La ministre estime que le débat sur la sédation palliative doit avoir lieu au Parlement en même temps que l'évaluation de la loi sur l'euthanasie. "En fait, c’est punissable en droit pénal", estime Maggie De Block. "Un médecin qui veut prendre soin de son patient avec les meilleures intentions, mais qui ne raccourcit délibérément la vie que par sédation palliative, commet un crime. Et cela arrive et il faut faire quelque chose".

Elle souligne que la volonté du patient est très importante. "Nous faisons de notre mieux pour que les dernières volontés soient plus ouverte à la discussion entre les médecins et les patients, ainsi que les médecins et leurs familles, mais cela ne devrait pas se produire à un moment où une personne est gravement malade", souligne De Block.