Œufs contaminés : 57 élevages de volailles bloqués en Belgique Auteur: E.S. avec Belga

lun. 07/08/2017 - 10:45 E.S. avec Belga Le ministre de l'Agriculture, Denis Ducarme, a demandé à l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) "un rapport circonstancié sur les actions produites par l'Agence depuis les premières informations à sa disposition pour ce qui concerne la problématique du fipronil", a-t-il indiqué dimanche soir dans un communiqué.
Belga

Denis Ducarme (photo), tout nouveau ministre de l'Agriculture à la place de Willy Borsus, a également demandé à son administration de continuer à prendre tous les contacts utiles avec les administrations allemandes et néerlandaises. Lui-même aura des contacts avec ses homologues allemand et néerlandais, indique-t-il.

Les ministres de la Santé Maggie De Block (Open VLD) et de la Protection des consommateurs Kris Peeters (CD&V) suivent également le dossier de près. Les analyses réalisées jusqu'ici sur des œufs produits en Belgique montrent que ceux-ci ne constituent aucun danger pour la santé de la population, soulignent les ministres.

Cinquante-sept exploitations belges, représentant 86 poulaillers, ont été identifiées par l'Afsca. Certaines d'entre elles ont utilisé les services de l'entreprise néerlandaise suspectée, Chick Friends.

Une phase de monitoring va être déclenchée: elle consistera à faire des vérifications au-delà des 57 exploitations déjà relevées et à réaliser de nouvelles analyses sur des oeufs produits ces derniers mois. L'idée est de rassembler des échantillons disponibles pour pouvoir retracer un historique précis pour les derniers mois.

"La protection du consommateur doit primer"

L'instruction judiciaire en cours concernant une contamination de milliers d'œufs à l'insecticide fipronil n'est "pas un argument", a estimé lundi le nouveau ministre fédéral de l'Agriculture Denis Ducarme (MR), invité sur Matin Première (RTBF).

"La protection du consommateur doit primer. Le rapport que j'ai demandé à l'Afsca nous apprendra ce qui a été demandé par le parquet", a-t-il indiqué.

Interrogé sur le silence de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), qui était au courant d'une contamination depuis juin, Denis Ducarme a rappelé qu'il avait demandé un rapport "circonstancié" sur toutes les actions entreprises par l'agence depuis le début de l'affaire.

Ce rapport doit être remis "rapidement" et sera ensuite transmis aux différentes commissions concernées à la Chambre, a précisé le ministre. Une éventuelle réunion au parlement se tiendra lorsque le rapport aura été remis, a-t-il dit. Dimanche, le président de la commission Economie et Agriculture, Jean-Marc Delizée, avait évoqué la date de mardi, après que les partis de l'opposition ont réclamé la plus grande transparence dans le dossier.

Début juin, la présence de l'insecticide fipronil, interdit dans la chaîne alimentaire, avait été détectée dans un échantillon d'œufs par l'Afsca, a en outre confirmé le ministre de l'Agriculture. La concentration du produit était néanmoins en dessous des seuils européens, a-t-il rapporté. Des tests ont alors été demandés à un laboratoire néerlandais car la Belgique n'avait pas l'expertise suffisante pour le faire. Cela pourrait également expliquer l'arrivée tardive des informations en Belgique, selon le ministre. "J'ai demandé à ce que les tests relatifs au fipronil puissent être réalisés en Belgique", a-t-il annoncé.

Denis Ducarme doit rencontrer les responsables de l'Afsca, sur laquelle il a la tutelle, lundi matin.

Le ministre allemand de l'Agriculture, Christian Schmidt, a également annoncé un entretien téléphonique avec Denis Ducarme, lundi. Dans la presse du week-end, il s'est dit déçu que l'agence belge n'ait pas transmis plus tôt ses informations à l'Allemagne, qui n'a été avertie que fin juillet.

Denis Ducarme compte également prendre contact avec son homologue néerlandais.

A l'origine de l'affaire, des éleveurs néerlandais de volailles ont fait appel à Chickfriend, une société spécialisée dans l'éradication du pou rouge, qui a employé dans son produit du fipronil, une molécule prohibée dans le traitement des animaux destinés à la chaîne alimentaire.

L'Allemagne important de nombreux œufs hollandais, elle a été la plus massivement touchée, avec plusieurs millions d'œufs retirés de la vente.