Geert Bourgeois appelle les partis de la majorité à serrer les rangs Auteur: Eric Steffens

Belga
ven. 14/04/2017 - 12:59 Eric Steffens Le ministre président flamand Geert Bourgeois (N-VA) appelle tous les partis de la majorité d’arrêter leurs chamailleries. Geert Bourgeois lance cet appel après plusieurs accrochages entre son parti et le CD&V. Le ministre de la Justice Koen Geens avait lancé un appel similaire, ce vendredi matin, pour une collaboration efficace entre son parti et la N-VA, au sein du gouvernement fédéral.

Ces dernières semaines, le ton est monté entre le CD&V et la N-VA avec les déclarations de la secrétaire d'Etat à l'Egalité des chances Zuhal Demir (N-VA) qui avait qualifié le CD&V de "parti musulman", prêt à "tout" pour récolter des voix, et considérant à ce titre les musulmans de Belgique comme du "bétail électoral". Ce vendredi matin, le ministre de la Justice Koen Geens a estimé que de tels propos étaient blessants.

Mais malgré son plaidoyer en vue d’une meilleure collaboration entre les partis et de lancer moins de piques, le ministre Geens n’a pas pu s’empêcher d’attaquer la ministre flamande des Affaires intérieures, Liesbeth Homans (N-VA). Il lui a notamment reproché son manque de concertation à propos d’un éventuel retrait de la reconnaissance de la mosquée Fatih à Beringen (Limbourg), une décision prise sur base d’information de la Sûreté de l’Etat, qui est de la compétence de Koen Geens. "Pourquoi ne s'est-elle pas d'abord adressé à moi ?", s'est demandé Geens.

"Je regrette ces disputes et je pense que les gens en ont aussi assez. Dès lors, je demande à la majorité d’arrêter ses chamailleries. Les débat au sein de la majorité doivent se faire en interne", estime Geert Bourgeois. "Tous les partis et j’insiste sur le "tous" doivent se respecter les uns et les autres. En ce qui me concerne, je trouve que nous devons serrer les rangs".

Mercredi prochain, un rencontre est prévue à l’agenda entre le ministre de la Justice Koen Geens et la ministre flamande Liesbeth Homans afin d’aplanir les différends. Vendredi, Liesbeth Homans aurait l’intention d’annoncer en conseil des ministres du gouvernement flamand qu’elle retire la reconnaissance de la mosquée Fatih. Comment le CD&V va-t-il réagir à cette décision ? On l’ignore. Le CD&V avait menacé de ne pas approuver les notes de politique de la secrétaire d’Etat Zuhal Demir. Si le CD&V devait appliquer ses menaces, le gouvernement fédéral aurait un gros problème.