Commémoration de la bataille de Passchendaele Auteur: A.Fr. (avec Belga)

Belga
dim. 20/08/2017 - 11:51 A.Fr. (avec Belga) Une cérémonie commémorative en hommage aux victimes écossaises et sud-africaines de la bataille de Passchendaele (31 juillet au 6 novembre 1917), l’une des plus sanglantes durant la Première Guerre mondiale, s’est déroulée samedi au monument écossais au Frezenberg, dans la commune de Zonnebeke voisine d’Ypres (Flandre occidentale). En présence de plusieurs délégations de pays alliés pendant la Grande Guerre. Le début de la Troisième bataille d’Ypres, considéré comme l’un des plus absurdes carnages de la Première Guerre mondiale, avait été commémoré le 31 août dernier, en présence notamment des souverains belges et du duc et de la duchesse de Cambridge.
Belga

Du 31 juillet au 20 août 1917, trois des quatre importantes unités écossaises, la 9ème division - comprenant la 1ère et unique brigade sud-africaine -, la 15ème et la 51ème divisions furent engagées dans la bataille de Passchendaele, l'une des plus sanglantes de la Grande Guerre.

La cérémonie de commémoration de ce samedi s'adressait à toutes les victimes d'origine écossaise et sud-africaine. Elle s'est déroulée au monument écossais du Frezenberg, inauguré en 2007, en présence de quelque 1.200 personnes.

Une plaque a été dévoilée, tout comme un autre monument, baptisé "The Long Road to Passchendaele" et représentant dix silhouettes marchant symboliquement en direction du village de Passendale (l'orthographe actuelle) et du cimetière de Tyne Cot, la plus grande nécropole du Commonwealth dans le monde. Ces silhouettes représentent toutes les troupes ayant participé à la bataille - Ecossais, mais aussi Britanniques, Canadiens, Australiens, Néo-Zélandais et Sud-Africains - dont certaines avaient parcouru des milliers de kilomètres pour venir se battre en Europe.

La cérémonie s'est tenue au son d'une centaine de cornemuses et de tambours, avant un dépôt de gerbes. Dans son discours, le ministre flamand du Tourisme, Ben Weyts (N-VA), a insisté sur l'importance du nouveau monument, qui doit selon lui contribuer "au dialogue" et au "respect", tout en rappelant la férocité de la bataille de Passchendaele (31 juillet-6 novembre 1917).

 


Commémorations du 31 août 2017: