Le CDH souhaite la mise en place d’une coalition sans le PS en Région bruxelloise Auteur: E.S. avec Belga

Belga
sam. 15/07/2017 - 17:01 E.S. avec Belga La ministre bruxelloise du Logement, Céline Fremault (CDH) a annoncé dans le journal l’Echo son souhait de mettre en place une autre coalition, sans le PS. De son côté, le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) a critiqué l'attitude du CDH qui n'est "qu'un prétexte pour annoncer son souhait de débrancher la prise du gouvernement bruxellois."

La ministre bruxelloise et cheffe de file régionale du CDH à Bruxelles estime qu'une autre coalition, sans le PS, doit être mise en place en Région bruxelloise. Selon elle, le scandale du Samusocial n'est pas limité uniquement à Bruxelles-Ville. Elle en veut pour preuve la tenue d'un séminaire du Samusocial en février dernier à Spa, en présence d'un membre du cabinet Vervoort et d'un membre du cabinet du ministre SP.A Pascal Smet. La ministre affirme qu'elle ignorait la tenue de ce séminaire et y voit "des jeux d'influence" derrière son dos.

Céline Fremault lance un appel à DéFI, le troisième partenaire de la majorité côté francophone et indispensable à la formation d'une coalition alternative, à "examiner les autres perspectives qui s'offrent à nous."

Le président de DéFI Olivier Maingain n'a pas souhaité répondre, estimant que "toute réaction serait prématurée."

Rudi Vervoort dénonce l’attitude du CDH

De son côté, le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) a critiqué l'attitude de la ministre bruxelloise du Logement, Céline Fremault.

"Le CDH bruxellois feint de ne pas avoir été mis au courant des démarches conjointes entreprises par son cabinet, celui de Pascal Smet et celui du ministre-président afin de résoudre ensemble le financement des travaux indispensables à réaliser sur le bâtiment Poincarré, utilisé par le Samusocial dans le cadre des dispositifs sans abris", dénonce samedi dans un communiqué le cabinet du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort. Ce communiqué est accompagné d'une copie d'un courriel attribué à Stéphane Nicolas, directeur du cabinet de la ministre Fremault.

Le discours de la cheffe de file du cdH bruxellois "est contredit par un mail de son chef de cabinet qui se félicite avec ses collègues de la proposition de solution (de financement) proposée par le cabinet du ministre-président en la qualifiant de bonne idée", dénonce le cabinet de Rudi Vervoort.

"A l'occasion de son séminaire de travail qui s'est déroulé le 25 février, le Samusocial a intégré une séance relative à la problématique des bâtiments et des places d'accueil à Bruxelles. Le directeur adjoint du ministre-président y a été invité pour que lui soit présenté, en présence des directeurs et d'un architecte, l'état de la situation du bâtiment Poincarré acheté par la Région", explique le cabinet Vervoort.

"Au cours des réunions des directeurs de cabinet suivantes, en mars, aucune solution pour le financement des travaux nécessaires au bâtiment ne se dégageait. La proposition de mettre en commun les compétences des trois ministres pour rechercher une solution via le financement des communes a été soulevée et un groupe de travail composé des trois directeurs de cabinet (Smet, Fremault et Vervoort) a été mis sur pied. Une réunion s'est tenue le 31 mars en présence des directeurs de cabinet de Rudi Vervoort et Céline Fremault."

"Il y a été présenté une note évoquant le cadre d'un possible appel à projets, visant notamment le Samusocial et son implantation dans le projet Poincarré, et destiné à soutenir les communes qui souhaitaient renforcer le nombre de places disponibles en Région bruxelloise." C'est celle-ci qui est qualifiée de 'bonne idée', indique le cabinet du ministre-président.

"Aujourd'hui, le CDH feint de ne pas avoir été au courant des contacts qui ont été entrepris en février. En réalité, la "perte de mémoire" actuelle du CDH sert au montage d'une soi-disant "affaire" qui lui permet d'avoir un prétexte pour annoncer son souhait de débrancher la prise du gouvernement bruxellois."