Projet de taxes de Trump: "Les Etats-Unis se tirent une balle dans le pied" Auteur: Joyce Azar

AP
ven. 02/03/2018 - 17:34 Joyce Azar D’après les chiffres d’Agoria, la fédération belge de l’industrie technologique, notre pays exporte annuellement pour 250 millions d’euros d’acier vers les Etats-Unis. Le secteur estime toutefois qu’en imposant des droits de douane de 25% sur l’importation de l’acier et de 10% sur celle de l’aluminium, les Américains seraient les premiers à être désavantagés. De son côté, le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) déplore le projet du président Donald Trump.

En Belgique, les deux principaux exportateurs d’acier vers les Etats-Unis sont Arcelor Mittal et Aperam. Ils pourraient donc directement être concernés par le projet de taxes de Donald Trump.

D’autres groupes pourraient toutefois être indirectement désavantagés. C’est le cas de l’entreprise belge Bekaert, qui possède deux usines de câbles d’acier sur le territoire américain. La production nécessite l’importation d’acier. Une éventuelle mesure américaine pourrait dès lors influer sur la compétitivité du groupe.

Ce vendredi, les parts de marché de Bekaert, Arcelor Mittal et Aperam étaient en recul à la bourse de Bruxelles. Mais selon Agoria, les taxes américaines n’auront pas nécessairement un impact négatif sur l’économie belge. D’après la fédération de l’industrie technologique, les Etats-Unis seraient les premiers à être désavantagés par une telle mesure.

"Cela ne va pas être bénéfique à la compétitivité de l’ensemble de l’industrie américaine. Cela ne va protéger que certaines entreprises. Et parallèlement, cela va augmenter les coûts pour les autres entreprises et pour les consommateurs américains", explique Frank Vandemarliere, conseiller général chez Agoria.

Les Etats-Unis ne respectent pas les règles de l’OMC

Le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) n’a pas caché son mécontentement face aux déclarations de Donald Trump. "Ce n’est une bonne chose pour personne", a-t-il commenté.

"Cela touche les consommateurs américains, les liens transatlantiques et le commerce mondial dans son ensemble. L'économie européenne, mais aussi l'économie flamande, la 3e plus ouverte au monde, sont sensibles à de telles mesures qui visent à limiter les échanges. Le protectionnisme est dangereux, il entraîne des réactions, des escalades et des conflits", a-t-il encore souligné. Geert Bourgeois estime en outre que les Etats-Unis ne respectent pas leurs engagements pris dans le cadre de l’OMC.

Si le locataire de la Maison Blanche venait à introduire les nouvelles taxes sur les importations, il risquerait de provoquer une guerre commerciale avec ses principaux partenaires, dont la Chine et l’Union européenne. Geert Bourgeois attend à présent sur l’UE défende ses intérêt commerciaux, en favorisant le dialogue.