Les Belges pas favorables à l'instauration d'une allocation universelle Auteur: Eric Steffens

Reporters
mer. 26/04/2017 - 10:47 Eric Steffens 63% des Belges sont opposés à l’instauration d’un revenu de base (ou allocation universelle). C’est ce qui ressort d’une grande enquête sur l’argent publiée dans l’hebdomadaire Knack qui parait ce mercredi. Autre conclusion de cette enquête, 47% des Belges sont favorables à un impôt sur les plus-values.

L’hebdomadaire Knack a réalisé une grande enquête sur l’argent auprès d’un échantillon représentatif de 1.000 personnes.

Cette enquête révèle ainsi qu’1 Belge sur 5 n’épargne pas et que 2 Belges sur 10 n’arrivent pas à boucler la fin du mois. Le revenu de base pourrait dès lors constituer une solution, or 6 Belges sur 10 y sont opposés.

La question suivante était posée : "Quel est votre point de vue sur un revenu universel d’un montant de 1.000 euros qui serait versé chaque mois, à tout le monde aussi bien les personnes qui travaillent que celles qui ne travaillent pas en sachant que toutes les allocations sociales et autres avantages comme les allocations familiales, les remboursements des soins de santé ou la pension disparaîtront en contrepartie ?"

63% des personnes interrogées ne veulent pas entendre parler d’un revenu universel, 19% y sont favorables et 18% se disent neutres.

L’enthousiasme envers le revenu universel diminue avec l’âge. 27% des personnes de moins de 34 ans y sont favorables alors qu’auprès des personnes de plus de 65 ans, seules 11% sont pour.

A noter que ce sont surtout les personnes qui sont bénéficiaires d’allocations sociales qui sont les plus opposées à ce revenu universel.

Pas d’opposition à l’instauration d’un impôt sur les plus-values

L’instauration d’un impôt sur les plus-values fait aussi l’objet de discussions ces derniers mois. Au sein du gouvernement fédéral, le CD&V y est favorable, alors que les autres partis (N-VA, Open VLD et MR) ne veulent pas en entendre parler. Or, 47% des personnes interrogées estiment qu’un tel impôt doit être prélevé sur les gains réalisés par la vente d’actions. 35 % y sont opposées et 19 % sont neutres.

La confiance dans les banques pas encore rétablie

La confiance dans les banques ne semble pas encore rétablies. 46 % des personnes interrogées craignent une nouvelle crise bancaire. 56% croient que les banques prennent encore des risques irresponsables avec leurs économies. Enfin, 62% ont confiance dans les conseils de sa banque.